Georges Mathé est né le 9 juillet 1922 à Sermages (Nièvre). Il a mené ses études secondaires au lycée Banville à Moulins et ses études supérieures à la faculté de médecine de Paris.

De 1941 à 1944, il fait partie des Forces françaises de l'intérieur.
Externe (1945), puis interne (médaille d’or) des hôpitaux de Paris (1947-1951).
Stagiaire de recherche dans le laboratoire de Bernard Halpern où il rencontre l'immunologiste américain Baruj Benacerraf, futur prix Nobel (1948).
Docteur en médecine de la faculté de médecine de Paris (1950).
Fellow de recherche chez Joseph Burchenal et David Karnovsky, au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center – Sloan-Kettering Institute, New York (1951).
Attaché de recherche à l’Institut national d’hygiène - INH (1952).
Chef de clinique à la faculté de médecine de Paris chez Paul L. Chevallier à l’hôpital Broussais (1953), médecin-assistant des hôpitaux de Paris (1954), directeur adjoint de Jean Bernard au centre de recherche sur les leucémies et les maladies du sang, Association Claude-Bernard – INH, à l’hôpital Saint-Louis (1954-1958).
Professeur agrégé de cancérologie à la faculté de médecine de Paris (1958-1966).
Chef du service d’hématologie de l’Institut Gustave Roussy (1961).
Fondateur et directeur de l'Institut de cancérologie et d'immunogénétique, associant l’unité de recherche Inserm 50 « Cancérologie et immunogénétique » et le laboratoire associé 189 du CNRS à l’hôpital Paul-Brousse, Villejuif (1964-1984).
Professeur de cancérologie expérimentale à la faculté de médecine de Paris-Sud (1966-1990), chef du service des maladies sanguines et tumorales de l’hôpital Paul-Brousse (1980-1990),
Consultant à l'hôpital suisse de Paris (1991-2000) et à l'hôpital oncologique de Sofia.

Instances scientifiques et d’administration de la recherche
Membre du comité de biologie moléculaire à la Délégation générale à la recherche scientifique et technique - DGRST (1959).
Conseiller technique au cabinet de Raymond Marcellin, ministre de la Santé publique (1964-1966).
Membre de la commission scientifique spécialisée de l’Inserm (CSS) « Pathologie cellulaire et tissulaire, cancérologie, hématocytologie et radiopathologie » (1964-1967), membre du conseil scientifique de l’Inserm (1964-1967, 1968-1970, 1971-1874).
Vice-président du conseil d'administration de l'Inserm (1972-1973).
Président du comité consultatif de la recherche scientifique et technique (1972-1975).
Président de la CSS de l’Inserm « Biologie et pathologie cellulaire, hématologie cellulaire, cancer : biologie moléculaire, virologie, physiopathologie, épidémiologie, pharmacologie, toxicologie, environnement, chirurgie » (1974-1979).
Président du comité cancer à l'European Hospital de Rome (1990), président de l’entraide médicale internationale.

Société savantes - Académies
Fondateur et président de l’European Organization for Research and Treatment of Cancer (1962-1965), fondateur et président de l’European Society for Medical Oncology.
Membre de la Royal Society of Medicine et de la New York Academy of Sciences, de l’Académie du royaume du Maroc.
Secrétaire général de la Revue française d'études cliniques et biologiques, fondateur de Cancer Chemotherapy and Pharmacology et Cancer Immunology and Pharmacotherapy,
Fondateur et rédacteur en chef de Biomédecine (1960), devenue Biomedicine and Pharmacotherapy.

Distinctions – Prix
Cameron Price - UK (1970), Gold Medal of the Ciba Foundation - UK (1975), médaille d'or des hôpitaux de Paris (1976), prix Johan-Georg-Zimmermann - Allemagne (1977), Health Memorial Award - USA (1977), prix Bred du cancer (1983), International Award of Chemotherapy (1987), Gottlieb Memorial Award - USA (1989), prix Léopold Griffuel du cancer (1994).
Prix Medawar 2002 de la Société internationale de transplantation, conjointement avec René Küss, pour leur rôle de pionnier des transplantations, respectivement de moelle osseuse et du rein.
Grande médaille 2004 de l’Académie nationale de médecine.
Commandeur de la Légion d'honneur, Grand officier dans l'Ordre national du mérite, commandeur de l’Ordre national du mérite de la République italienne, membre de l’Ordre du drapeau yougoslave.
Un centre anticancéreux a été inauguré à Belgrade, en 2007, qui porte le nom de Georges Mathé.

Travaux scientifiques
Interne, médaille d’or des hôpitaux de Paris en 1947, Georges Mathé entre comme stagiaire de recherche, dans le laboratoire de Bernard Halpern où il rencontrera l'immunologiste américain Baruj Benacerraf, futur prix Nobel.
Il travaillera ensuite avec Jean Hamburger, notamment sur le métabolisme de l'eau et sur l'hyperhydratation cellulaire (1952).
Ses champs privilégiés de recherche seront l’immunologie et l’hémato-cancérologie.
Stagiaire au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York, il continue de se former.
A son retour des Etats-Unis, il va travailler avec Jean Bernard sur les leucémies de l’enfant et devient directeur adjoint du Centre de recherche sur les leucémies et les maladies du sang à l’hôpital Saint-Louis.
Ses recherches vont le conduire à découvrir que le bacille de Calmette et Guérin (BCG) suscite chez son hôte des réactions apparentées à celles qu’entraînent certaines tumeurs. Georges Mathé fournit ainsi la première démonstration du phénomène qu’il appellera plus tard l’« immunothérapie active », qui peut prolonger l’état de rémission et la survie des sujets porteurs de tumeurs, voire augmenter la proportion des guéris chez les animaux expérimentaux et chez certains hommes atteints de leucémie ou d’autres types de cancers. Ce travail va ouvrir le champ de l’immunothérapie des cancers qui n’a cessé, depuis, de se développer.
Une des voies fructueuses de recherches fut la reconnaissance, puis la découverte au début des années 1970, de substances (interférons, interleukines et, plus largement, cytokines) régulant la prolifération et certaines fonctions des cellules qui supportent les réactions de défenses immunitaires. Une autre voie consista à intervenir sur ces substances au moyen de modulateurs exogènes. C’est ce moyen thérapeutique biologique que Georges Mathé a appelé l’immunothérapie active, avant d’aborder la forme d’immunothérapie, qu’il a qualifiée d’adoptive qu’il fut le premier à appliquer à l’homme.
[L'immunothérapie adoptive consiste à administrer à un patient une source, le plus souvent autologue, de lymphocytes T reconnaissant un antigène (viral ou tumoral) exprimé par des cellules à éliminer]
En 1958, alors qu’il travaillait sur les greffes incompatibles de moelle osseuse, Georges Mathé fut amené à en réaliser les premières chez l’homme, lorsque lui fut confié un groupe de six physiciens accidentellement irradiés dans une centrale nucléaire de Yougoslavie. Ce traitement a donné le coup d'envoi aux premières greffes de moelle osseuse sur des patients leucémiques. Il put démontrer que la disparition des cellules tumorales n’était pas seulement due à l’irradiation appliquée pour le conditionnement de la greffe, mais qu’elle était achevée par une réaction du greffon contre celles-ci, parallèle à celle du greffon contre les tissus normaux du receveur, d’où le terme d’« immunothérapie adoptive » qu’il donna à l’effet enregistré.
Cette réaction ne se limite d’ailleurs pas aux cellules tumorales, mais affecte également les tissus normaux de l’organisme receveur, portant en pareil cas le nom de réaction du greffon contre l’hôte (graft versus host, GvH).
Ce type de réaction peut aussi survenir lorsque sont réinjectés à un receveur ses propres lymphocytes, prélevés avant un traitement destiné à détruire des cellules tumorales.
Enfin, des réactions du greffon contre l’hôte, éventuellement létales, peuvent survenir après des transfusions banales, voire après des transplantations d’organes et Georges Mathé a mené des recherches avec le chirurgien américain Thomas Starzl sur la possible existence, chez des receveurs, de lymphocytes du donneur du transplant, ce qui porte le nom de microchimérisme ou chimérisme partiel.
Au début des années 1980, Georges Mathé, frappé par l’existence d’une proche ressemblance de certaines manifestations des réactions du greffon contre l’hôte avec celles du sida a émis l’hypothèse d’une réaction du greffon contre l’hôte ou d’une autre réaction immunitaire apparentée en tant que cofacteur de la genèse du sida, complémentaire du virus et pouvant conduire à une immunothérapie rationnelle
Outre ses travaux scientifiques, Georges Mathé a été un acteur important de l’organisation de la recherche en France. Conseiller technique au cabinet de Raymond Marcellin, ministre de la Santé publique, il a activement participé à la création de l’Inserm en 1964 et à l’élaboration de ses statuts.
Il a participé également à la création, à Lyon, du Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC), dont l’idée revenait à Antoine Lacassagne, célèbre cancérologue.
Il a créé, lancé et longtemps présidé l’Organisation européenne de recherche du traitement du cancer (OERTC), qui fut et demeure la première institution de recherche coopérative du Vieux Continent.
Entretien avec Georges Mathé
Pour une politique de la recherche biomédicale : To be first or not to be (fin des années soixante)
Xème anniversaire de l'Inserm, colloque (1974) : Les données thérapeutiques : chimiothérapie, immunothérapie
Prix Medawar 2002, Georges Mathé
Centre Georges Mathé à Belgrade
Publications scientifiques

Les travaux de Georges Mathé et de ses collaborateurs ont donné lieu à la publication de plus de 1 000 articles et d’ouvrages.

Liste des principales publications
- Mathé G, Jammet H, Pendic B, Schwarzenberg L, Duplan JF, Maupin B, Latarjet R, Larrieu MJ, Kalic D, Djukic Z. Transfusions and grafts of homologous bone marrow in humans after accidental high dosage irradiation. Rev Fr Etud Clin Biol 4(3), 226-38, 1959.
- Mathé G, Bernard J. Attempts at treatment of grafted leukemia 1210 by x-irradiation followed by transfusion of normal hematopoietic cells (isologous or homologous, myeloid or lymphoid, adult or embryonic). Rev Fr Etud Clin Biol 4(5), 442-6, 1959.
- Mathé G, Bernard J. Trial of treatment of experimental leukemia by the graft of normal hematopoietic cells. Sangre (Barc) 30, 789-801, 1959.
- Mathé G, Bernard J, Schwarzenberg L, Larrieu MJ, Lalanne CM, Dutreix A, Denoix PF, Surmont J, Schwarzmann V, Ceoara B. Trial treatment of patients afflicted with acute leukemia in remission with total irradiation followed by homologous bone marrow transfusion. Rev Fr Etud Clin Biol 4, 675-704, 1959.
- Mathé G, Bernard J, de Vries M, Schwarzenberg L, Larrieu MJ, Lalanne CM, Dutreix A, Amiel JL, Surmont J. New trials with homologous bone marrow grafts after total irradiation in children with acute leukemia in remission. The problem of the secondary syndrome in man. Rev Hematol 15, 115-61, 1960.
- Mathé G, Amiel JL, Niemetz J. Bone marrow grafts after total irradiation of leukemic mice followed by administration of an antimitotic agent to reduce the incidence of a secondary syndrome and to enhance the antileukemic effect. C R Hebd Seances Acad Sci 14: 254, 3603-5, 1962.
- Mathé G, Amiel JL, Schwarzenberg L, Cattan A, Schneider M. Haematopoietic chimera in man after allogenic (homologous) bone-marrow transplantation. (control of the secondary syndrome. specific tolerance due to the chimerism). Br Med J 28: 2(5373), 1633-35, 1963.
- Mathé G, Amiel JL, Schwarzenberg L. Treatment of total-body irradiation injury in man. Ann N Y Acad Sci 31: 114, 368-92, 1964.
- Mathé G, Amiel JL. A haematologist's approach to modern grafting problems. Br Med J 29: 2(5408), 527–530, 1964.
- Mathé G, Amiel JL. Immunotherapy, new method of treatment of leukemias. Nouv Rev Fr Hematol 72: 211-6, 1964. Review.
- Mathé G, Amiel JL, Matsukura M, Mery AM. Restoration of haemopoietic function in the irradiated mouse by means of allogeneic bone-marrow grafts from several donors of different strains. Br J Haematol 10, 257-63, 1964.
- Mathé G, Amiel JL, Schwarzenberg L, Cattan A, Schneider M, Devries MJ, Tubiana M, Lalanne C, Binet Jl, Papiernik M, Seman G, Matsukura M, Mery Am, Schwarzmann V, Flaisler A. Successful allogenic bone marrow transplantation in man: Chimerism, induced specific tolerance and possible anti-leukemic effects. Blood 25, 179-96, 1965.
- Mathé G, Schwarzenberg L, Amiel JL. Approches immunologiques du traitement des leucémies. Premiers résultats chez l'homme. Nouv Rev Fr Hematol 7(5), 721–738, 1967.
- Mathé G, Schwarzenberg L. Local elective immunotherapy of L 1210 ascitic leukemia. Analysis of factors of its efficacy. Eur J Cancer 4(2), 211-8, 1968.
- Mathé G, Schwarzenberg L. Immunothérapie adoptive local locale de la leucémie L 1210 ascitique. Analyse des Facetures de son efficacité. Eur J Cancer 4(2):211–218, 1968.
- Mathé G, Pouillart P, Lapeyraque F. Active immunotherapy of L1210 leukaemia applied after the graft of tumour cells. Br J Cancer 23(4), 814-24, 1969.
Mathé G. Approaches to the immunological treatment of cancer in man. Br Med J 4: 4(5674), 7–10, 1969.
- Mathé G, Amiel JL, Schwarzenberg L, Choay J, Trolard P, Schneider M, Hayat M, Schlumberger JR, Jasmin C. Bone marrow graft in man after conditioning by antilymphocytic serum. Br Med J 18: 2(5702), 131-6, 1970.
- Mathé G, Schwarzenberg L, Amiel JL, Schneider M, Belpomme D, Jasmin C, Rosenfeld C, Hayat M, de Vassal F, Steresco M. Bone marrow transplantation after antilymphocyte globulin conditioning-split lymphocyte chimerism. Transplant Proc 4(4), 551-7, 1972.
- Mathé G, Kiger N, Florentin I, Garcia-Giralt E, Martyre MC, Halle-Pannenko O, Schwartzenberg L. Progress in the prevention of GVH: bone marrow grafts after ALG conditioning, with lymphocyte split chimerism, use of a lymphocyte "chalone T", and soluble histocompatibility antigens. Transplant Proc 5(1), 933-9, 1973.
- Mathé G, Current status of immunotherapy of human cancers: leukaemias, lymphomas, solid tumours. Drugs 8(6): 411-6, 1974.
- Oldham RK, Weiner RS, Mathé G, Breard J, Simmler MC, Carde P, Herberman RB. Cell-mediated immune responsiveness of patients with acute lymphocytic leukaemia in remission. Int J Cancer 15:17(3), 326-37, 1976.
- Mathé G, Amiel JL, Schwarzenberg L, Schneider M, Cattan A, Schlumberger JR, Hayat M, De Vassal F. Follow-up of the first (1962) pilot study of active immunotherapy of acute lymphoid leukaemia: a critical discussion. Biomedicine 26(1): 29-35, 1977.
- Davies AJ, Belpomme D, Mathé G. Clinical significance and prognostic value of the T-B immunological classification of human primary acute lymphoid leukaemias. Lancet 12: 1(8011), 555-8, 1977.
- Misset JL, Mathé G, Tubiana M, Caillou B, de Vassal F, Pouillart P, Gil M, Tentas C, Hayat M, Schwarzenberg L, Jasmin C, Delgado M, Machover D, Ribaud P, Musset M. Preliminary results of chemo-radiotherapy followed or not by active immunotherapy of stage III and IV lymphosarcoma and reticulosarcoma. Correlation of the results with WHO categorisation. Cancer Chemother Pharmacol 1(4): 197-202, 1978.
- Florentin I, Hayat M, Kiger N, Mathé G, Maral J, Imbach JL. Comparative analysis of the immunopharmacological properties of three new nitrosourea analogues: RPCNU, RFCNU and Chlorozotocin. Int J Immunopharmacol 5(3), 201-10, 1983.
- Andrade Mena CE, Orbach-Arbouys S, Mathé G. Enhancement of immune responses in tumor-bearing mice after administration of cis-diamino-dichloro-platinum (II). Int Arch Allergy Appl Immunol 76(4):341-3, 1985.
- Machover D, Goldschmidt E, Schwarzenberg L, Vanden-Bulcke JM, Misset JL, Chollet P, Mathé G. Treatment of advanced colorectal and gastric adenocarcinomas with 5-fluorouracil combined with high-dose folinic acid. An update. Chemioterapia 4(5): 369-76, 1985.
- Mathé G. Lessons from past experience in cancer immunotherapy and their application to cancer and AIDS treatment and prophylaxis. Biomed Pharmacother 43(8): 551-61,1989. Review.
- Mathé G, Amiel JL. The roles of adoptive and active forms of immunotherapy in the cure of children suffering from acute lymphoid leukemia: a) underestimation of active immunotherapy benefit, b) its immunogenetic indications to select sensitive patients, hence prevent chemotherapy's late effects. Biomed Pharmacother 55(9-10), 531-42, 2001. Review.
- Mathé G, Morette C, Hallard M, Pontiggia P, Blanquet D, Hage F. Viral and immunologic follow up of 4 to 9 years of AIDS treatments by quadruple combinations of virostatics including integrase inhibitors applied in short sequences differing by drug rotation. Acta Pharmacol Sin 23(1), 1-15, 2002.
- Tapiero H, Mathé G. Diet, constitutional and drug estrogens: common and pleiomorphic receptors. Biomed Pharmacother 56(2), 63-4, 2002.
- Thompson R.B, Mathé G. Adoptive immunotherapy in malignant disease. Immunological Reviews 9: 1, 54-72. Published Online: 28 Apr 2006.

Ouvrages
- Hamburger J., Mathé G. Le métabolisme de l'eau. Flammarion Médecine, Paris, 1952.
- Mathé G, Amiel J.L. La greffe, aspects biologiques et cliniques. Masson, Paris, 1952.
- Mathé G, Seman J.L. Aspects histologiques et cytologiques des leucémies et hématosarcomes : Nomenclature, classification, diagnostic. Maloine, 1963.
- Mathé G, Richet G. Sémiologie médicale. Flammarion Médecine, Paris, 1965, 1973, 1976, 1981.
- Mathé G, Amiel J.L. L’aplasie myélo-lymphoïde de l'irradiation totale. Gauthier-Villars, Paris,1965.
- Mathé G. Therapeutic Strategy in acute leukemias. Queen Ann Press, London, 1969.
- Mathé G, Amiel J.L., Schwarznberg L. Bone marrow transplantation and white cell transfusion. Thomas, Springfield, 1971.
- Mathé G. Nomenclature, méthodologie et résultats des essais cliniques dans les leucémies aiguës. Springer Verlag, Heidelberg, 1973.
- Mathé G, Clarysse A., Kenis Y. La chimiothérapie des cancers : leucémies, hématosarcomes et tumeurs solides. Springer Verlag, New York et L’Expansion scientifique française, Paris, 1974.
- Mathé G. Cancérologie à l’usage du praticien et de l'étudiant. L’Expansion scientifique française, Paris, 1976.
- Mathé G. Lymphocytes, macrophages and cancers. Springer Verlag, Heidelberg, 1976.
- Mathé G. Immunothérapie active des cancers : immunoprévention et immunorestauration. Springer Verlag, Heidelberg, 1976.
- Mathé G. Cancer, chemo- and immunopharmacology. Springer Verlag, Heidelberg, 1980.
- Mathé G. Anthracyclines : état actuel et développements futurs. Masson Etats-Unis, 1983
- Mathé G. Chimiothérapie et méthodes de traitement des cancers. Masson, Paris, 1983.
- Mathé G. Aspects physiopathologiques de l’épidémiologie des cancers. Elsevier, Amsterdam, 1985.

Ouvrages grand public
- Mathé G, Gaston-Mathé C. La santé est-elle au-dessus de nos moyens ? Plon, Paris, 1970.
- Mathé G. Entretien avec José Hann. Le temps d'y penser, Stock, Paris, 1974.
- Mathé G. Dossier cancer. Stock, Paris, 1977.
- Mathé G. Le sida : sceaux, sexe, science. La coutellerie, Paris, 1994.
- Mathé G. L'Homme qui voulait être guéri. Robert Laffont, Paris,1985.
- Mathé G. Le sexe des dieux et des diables. L’Harmattan ?, Paris, 1992.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.